Avis | Enclave t1

Enclave tome 1 – Ann Aguirre

314 pages

« La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable. Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter. Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents. Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel… »

J’avais déjà lu ce livre étant un peu plus jeune. Une amie me l’a plus ou moins récemment offert ce qui m’a permis de le lire à nouveau. Mon avis est un peu tranché. Je me souviens l’avoir davantage apprécié lorsque je l’avais lu la première fois. Néanmoins, la lecture reste simple et agréable. Les phrases sont courtes, les pages s’enchaînent. Enclave se lit vraiment facilement.

J’ai moins apprécié les personnages et en particulier celui de Trèfle, le personnage principal. J’ai trouvé certains de ses comportements caricaturaux et il manque, selon moi, tout un panel psychologique du personnage. En effet, Trèfle évolue trop rapidement, presque sans transition. Je vais tenter de m’expliquer plus clairement : un jour elle pense noir et le lendemain elle pensera blanc. Il n’y a aucune subtilité dans ses pensées et ses avis, aucune transition entre deux pensées complètement opposées. On a l’impression qu’elle change rapidement d’avis, du quitte au double et cela rend sa personnalité très plate. C’est peut-être un choix de l’auteure qui aurait pu faire en sorte de présenter Trèfle comme un personnage simplet puisqu’elle a vécu recluse dans l’enclave, sans pouvoir se forger son propre avis sur les choses.

Au contraire, j’ai réussi à m’attacher au personnage de Del que j’ai trouvé davantage complexe et intéressant. Il possède une idée bien arrêtée sur les choses et ses émotions paraissent davantage complexes, davantage travaillées et de ce fait plus proches de la réalité. J’ai vraiment trouvé ce jeune homme touchant aussi bien dans ses émotions que dans son histoire personnelle, avant d’arriver à l’enclave.

Pour ce qui est de l’univers de la dystopie, je l’ai trouvé tout à fait crédible. Je tiens à préciser que je suis particulièrement friande de dystopies alors je ne pouvais (presque) qu’aimer. Je me suis rapidement plongée dans ce monde obscur et détruit, rempli de noirceur et de monstres. J’ai quand même déploré le manque de descriptions qui auraient pu permettre de se plonger encore davantage dans cet univers pour le moins chaotique et rendre l’ambiance oppressante.

La seule chose que j’ai vraiment regretté est l’histoire en elle-même et l’écriture, toutes deux très voire trop simples. Pour le moment je n’ai lu que le premier tome, peut-être l’histoire se complexifiera-t-elle dans les prochains tomes. A voir !

Je recommande donc surtout cette lecture aux adolescents puisqu’elle est rapide à lire et sans prise de tête. Si vous aimez les dystopies, foncez.

E X T R A I T S

« Il était une fois une sorcière qui désirait tout connaître. Mais, plus une sorcière sait des choses, plus elle se cogne fort la tête quand elle rencontre un mur. Elle se nommait Watho et elle avait un loup dans l’esprit. Elle n’était pas cruelle par nature : c’était le loup qui la rendait cruelle. »

« Ils étaient en train d’achever le dernier Monstre. J’admirai la noirceur de Del et l’éclat des cheveux de Bandit. A la fois violents et majestueux, ils se complétaient parfaitement…comme la lune et le ciel noir. »

«  Ils avaient une réserve entière remplie de reliques de toutes sortes. Fouiller là-dedans pourrait prendre des années…
 Est-ce qu’il y avait des livres ?
 Je pense, oui. Mais aussi des anciens outils technologiques, et des objets que je n’avais jamais vus de ma vie. Les Fouisseurs ne s’y intéressent pas. Ils aimeraient du poisson en échange.
Du poisson ? demanda-t-il en s’esclaffant. Ils doivent être un peu stupides, alors !
Tout est relatif, pensai-je. Le poisson, ça se mange. Les livres, ça ne se mange pas. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s