Avis | Les ignorants

Les ignorants – Étienne Davodeau

268 pages

« Par un beau temps d’hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L’un a le geste et la parole assurés. L’autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne », et s’étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ».
Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées.

Pendant un an, Étienne Davodeau a goûté aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s’est interrogé sur la biodynamie. Richard Leroy, de son côté, a lu des bandes dessinées choisies par Étienne, a rencontré des auteurs, s’est rendu dans des festivals, est allé chez un imprimeur, s’est penché sur la planche à dessin d’Étienne…Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun ; et ils sont plus nombreux qu’on ne pourrait l’envisager de prime abord… »

J’ai lu cette bande dessinée dans le cadre des cours et pour être honnête j’ai beaucoup eu de mal à accrocher et à rentrer véritablement dans l’histoire (peut-être est-ce dû en partie au contexte de lecture ?).

Étienne Davodeau nous partage un parallèle intéressant avec sa propre vie et ses rencontres. Le récit présente une mise en abyme, cette bande dessinée étant autobiographique. L’auteur nous relate une histoire bien réelle : celle de son année passée auprès d’un certain vigneron nommé Richard Leroy. Davodeau nous propose le récit d’une « initiation croisée » grâce à des personnages qui ont soif d’enseignement et qui s’éduquent l’un l’autre. A travers Les Ignorants, l’auteur met en valeur les points communs et divergences de ces deux métiers vécus par ces professionnels comme de véritables passions.

Même j’ai appris beaucoup de chose sur ces métiers et en particulier sur celui de vigneron, cette bande dessinée n’a pas su garder mon attention. J’ai trouvé ce livre certes intéressant mais surtout très long.

E X T R A I T S

« C’est une entreprise qui produit des livres. C’est un truc étrange un livre… c’est des idées, des sentiments… c’est fragile et compliqué. »

« La dégustation d’un livre est peut-être plus solitaire que celle d’un vin. Mais ils ont ceci de commun que leur goût se déploie et s’affine à la discussion. »

« Pourquoi un livre rencontre ou pas ses lecteurs ? Qu’est-ce qui fait la valeur d’un auteur ? C’est très mystérieux hein ! Moi, j’aime bien les livres et les auteurs qui ont une identité forte et je crois que ce qui fait notre identité, c’est entre autres, nos défauts. On doit les comprendre et les accepter. C’est comme une gueule : un visage prétendument sans défaut, c’est fade, ça emmerde tout le monde. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s