Avis | Juste une ombre

Juste une ombre – Karine Giebel

606 pages

« Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour… Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule. Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard… Tu commandes ? Apprends l’obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence… »

J’ai dévoré ce thriller, glaçant et addictif. Je l’ai lu d’une traite ou presque, ne pouvant en décrocher. L’auteure possède un style assez inhabituel, style que j’ai trouvé très intéressant et accrocheur.

Les personnages ne laissent pas indifférents. Le lecteur peut les aimer ou les détester.. mais il est impossible de rester neutre. Pour ma part j’ai détesté l’héroïne principale à cause de son comportement et j’ai absolument adoré le personnage du flic. L’auteure prend donc un parti risqué : celui que ses personnages ne plaisent pas à tout le monde et pour moi elle a plutôt bien fait de prendre ce risque. Selon moi, le plus important n’est pas d’aimer un personnage et qu’il soit tout beau tout rose mais plutôt qu’il nous fasse ressentir des émotions, quelles qu’elles soient, et Karine Giebel a vraiment réussi ce pari.

L’histoire est vraiment bien ficelée, prenante et haletante. Certains passages m’ont fait froid dans le dos et j’adore ça ! La fin est surprenante et réellement jouissive. Le seul petit hic : l’identité de l’agresseur se laisse deviner trop tôt et n’est pas une surprise. J’ai trouvé cela vraiment dommage mais ma lecture n’a pas été gâchée pour autant.

En bref, Juste une ombre m’a permis de découvrir une auteure pleine de promesses apparemment douée dans les thrillers, genre littéraire que j’affectionne tout particulièrement. J’ai hâte de lire les autres ouvrages de Karine Giebel.

cette lecture date d’août 2018

E X T R A I T S

« La maladie est une salope. Qui emporte l’être aimé. Mais pas l’amour. »

« C’est ça, être vivant. C’est ça, exister. Exister, c’est manquer à quelqu’un. Exister, c’est être la douleur d’un autre. »

« Ce mec est une énigme et le restera sûrement jusqu’à sa mort. Qui risque fort de ne pas se produire au fond d’un lit, dans une affreuse et paisible petite maison de retraite. Bien trop mystérieux pour qu’on le connaisse vraiment. Bien trop odieux pour qu’on l’apprécie réellement. Bien trop intelligent pour qu’on le haïsse entièrement. Bien trop courageux pour qu’on ne l’admire pas secrètement. Bien trop féroce pour qu’on ose l’affronter directement. »

« Gamin, il aimait arracher les ailes des papillons. Aimait les regarder ensuite, collés au sol, se débattre et agoniser lentement. Devenu un homme, il s’est mis à arracher celles des anges. »

« La mort n’est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s