Avis | Quand nos souvenirs viendront danser

Quand nos souvenirs viendront danser – Virginie Grimaldi

349 pages

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »

Une grand-mère au caractère bien trempé et ses voisins, anciens camarades séparés par les haies qui les entourent, se rallient à une même cause : sauver leur quartier. Leur petit coin de paradis rempli de souvenirs se trouve menacé par le projet de construction du maire.

L’histoire est assez originale, fondée sur des va et viens entre présent et passé. Les personnages sont tous attachants, sans exception. Ils possèdent chacun une personnalité propre et bien différente : Rosalie et sa volonté de célébrité, ou encore Anatole et ses pensées sexistes, reflet d’une certaine époque. J’ai vraiment apprécié constater leur évolution au fil des pages.

Je ne me suis pas ennuyée un seul moment et j’ai dévoré ce roman emprunt d’une véritable douceur. Cette dernière se ressent à travers les personnages mais aussi à travers l’histoire elle-même, tous les deux très émouvants. S’y ajoute une couche de pudeur sous laquelle se cachent des sentiments très touchants. Quand nos souvenirs viendront danser est un bonbon délicieux, à la fois piquant, haut en couleurs et baigné de nostalgie.

J’ai eu un véritable coup de cœur pour la plume de l’autrice et tout l’amour qu’elle partage à travers ce roman mais aussi ses remerciements. Je ne saurai l’expliquer mais j’ai adoré cette autrice et je me ferai un plaisir de lire ses autres romans.

En bref, Quand nos souvenirs viendront danser vraiment une lecture qui se savoure et chargée en émotions. J’ai adoré passer du rire aux larmes. J’ai adoré être à la fois surprise et profondément touchée au fil des pages. Et, plus, que tout, j’ai adoré sourire en refermant ce roman qui m’a fait un bien fou.

E X T R A I T S

« De mon temps on ne choisissait pas vraiment ce que l’on aimait ou non. Il y avait les choses qui se faisaient et les autres, la seconde catégorie étant bien plus fournie que la première, surtout si l’on était née avec un vagin. La personnalité était ensevelie sous les convenances. »

« Elle allume une cigarette en me dévisageant :
– D’accord, si tu le dis. Mais pour toi, rien que pour toi… que fais-tu ? »

« Appelle-moi mémé encore une fois et tu t’installeras dans un cercueil. »

« Ta mère est toujours belle, ma grande. Mais, ce soir, elle avait quelque chose en plus. Elle rayonnait. »

« La vie est comme une danse. On entre en scène, on apprend les pas, on se laisse porter, on compte les temps, et on tire sa révérence. »

« Écrit en 1978 d’après mes souvenirs. Pour ne rien oublier. Je ne le sais pas encore, mais ce sont mes dernières vacances avec Corinne. On devrait savoir à l’avance que les fois sont les dernières. On les vivrait plus intensément. »

4 réflexions sur “Avis | Quand nos souvenirs viendront danser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s