Mes derniers emprunts #4

Bonjour, comme tous les mardis, je suis allée à la bibliothèque (pour mon plus grand plaisir). Je m’y suis rendue pour rendre mes livres lus mais aussi pour emprunter de toute urgence un ouvrage pour les cours. Évidemment, je n’ai pas su résister à l’appel de jolies histoires alors j’ai emprunté d’autres livres. Je te montre tout ça !

Les mots des femmes : essai sur la singularité française de Mona Ozouf

Pourquoi je l’ai choisi ?
On ne peut pas vraiment dire que je l’ai choisi. Il s’agit là du fameux ouvrage pour les cours. Je dois le lire puis rédiger une fiche lecture. Un gros bébé. Les mots des femmes est donc une lecture imposée mais j’apprécie la thématique. Hâte de le lire et de me cultiver (en plus sur une cause aussi importante qu’est le féminisme et la vision que les femmes nourrissent à leurs propos).

Le résumé
« La France a longtemps passé pour le pays des femmes. Elle a pourtant la réputation d’être aussi celui d’un féminisme timoré qui a tardé plus qu’ailleurs à asseoir ses conquêtes. D’où vient cette timidité ? Et pourquoi le discours du féminisme extrémiste trouve-t-il en France si peu d’écho ?
C’est ce paradoxe qu’explore le livre de Mona Ozouf, en donnant à entendre «les mots des femmes», ceux qu’elles ont choisis elles-mêmes pour décrire la féminité. Ainsi se succèdent les figures et les voix de Madame du Deffand, Madame de Charrière, Madame Roland, Madame de Staël, Madame de Rémusat, George Sand, Hubertine Auclert, Colette, Simone Weil, Simone de Beauvoir.
Cette galerie de portraits fait découvrir la diversité inventive des cheminements féminins. Elle met en valeur une singularité française dont l’essai qui lui succède restitue l’histoire et les contours. La postface répond aux étonnements et aux critiques que le livre a suscités, en réaffirmant une de ses hypothèses centrales : que les Français (et ce neutre englobe bien entendu les Françaises) demeurent capables de négocier un rapport heureux entre la différence et l’égalité. »

🌿🌿🌿

Vent d’Est de Gabrielle Wiehe

Pourquoi je l’ai choisi ?
Je me suis dirigée vers ce livre à cause – ou grâce – à sa couverture ornée de jolis motifs. Je l’ai trouvée à la fois sobre et originale. J’ai ensuite tourné le livre et mon regard à accroché quelques mots tels que « histoires de famille », « enfance » et « mémoire ». C’est cela qui a guidé mon choix.

Le résumé
« Fine et élégante, Aby, incarne sous sa varange en bois à l’île Maurice, le doux parfum du passé. Rose, sa petite fille, est envahie par les histoires de famille qui se construisent et se délitent autour de sa grand-mère. Inondée par les pensées et les mots, elle s’épanche dans un journal. Elle raconte l’exaltation, les amours, les folies, les infortunes et les secrets de sa famille, les Lesteval. Entre le bruit des brisants et les plumeaux roses des champs de cannes, elle restitue son enfance à jamais perdue. Le temps s’étire et s’étiole mais la mémoire traverse les siècles. »

🌿🌿🌿

Vacances… de Nicoby

Pourquoi je l’ai choisi ?
La thématique de vacances me donnait bien envie et j’y voyais là l’occasion de couper avec les cours, de me projeter dans une petite parenthèse paradisiaque et estivale (à plus forte raison qu’il pleut depuis 2 semaines aha (je rigole mais je pleure intérieurement)).

Le résumé
« Dans le métro parisien, Mathieu aperçoit une femme qu’il n’avait pas vue depuis des années… Les souvenirs reviennent depuis ces vacances d’été qu’ils ont passées ensemble au bord de la mer. Franck le gros rigolo et Greg le beau gosse étaient venus camper entre copains. Tout comme Marine l’audacieuse et Amélie la réservée ! Mathieu, lui, s’ennuyait ferme à jouer au scrabble dans la caravane de ses parents, jusqu’à ce que la petite bande l’invite à se joindre à eux. Alors débutèrent enfin les vraies vacances, entre baignades, drague, boîte de nuit, premières bières et premiers baisers. Quand c’est la première fois, tout paraît exceptionnel ! Mais un événement dramatique qui clôturera l’été de ces nouveaux amis achèvera de cristalliser dans l’esprit de chacun d’entre eux ces moments inoubliables… »

🌿🌿🌿

La machine à voyager explorer le temps de Mathieu Moreau

Pourquoi je l’ai choisi ?
Pour la couverture ! J’ai assez peu lu de livres avec ce genre de dessins qui tend vers le steampunk et ça me tentait bien.

Le résumé
« Londres, fin du XIXe siècle. Un groupe d’amis écoute les aventures de celui qui prétend être le premier voyageur du temps. Son récit débute en l’an 802 701. La Terre est alors habitée par les Éloïs, descendants des hommes vivant en harmonie, passant leur temps à jouer et à manger des fruits dans un immense jardin d’Eden. Mais derrière ce paradis se cache un terrible secret… Car une autre espèce vit dans les profondeurs de la Terre : les Morlocks, sortes de singes blancs aux yeux rouges ne supportant plus la lumière du jour à force de vivre dans l’obscurité. La nuit, ils remontent à la surface pour kidnapper et se nourrir des Eloïs… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s