Avis | Entre mes mains le bonheur se faufile

Entre mes mains le bonheur se faufile – Agnès Martin-Lugand 
280 pages

« Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.
Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…
Portrait d’une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer. »

Entre mes mains le bonheur se faufile constitue une sorte de réécriture de l’histoire de Christian Gray abordée par une thématique qui était pourtant originale et aurait pu éveiller mon intérêt : la couture.

Le style est dénué de tout intérêt à mon sens. Alors oui, c’est limpide et très rapide à lire, mais ce n’est aucunement intriguant. Le récit est fluide mais plat. On passe un bon moment lors de notre lecture et ça s’arrête là. J’ai réellement eu l’impression de lire un livre de la collection Harlequin. Alors non, ce n’est pas désagréable. Mais je m’attendais clairement à mieux.

J’ai deviné la totalité de l’intrigue après seulement quelques pages. Un cœur qui balance entre deux hommes, bercé par des questions un peu bateau : rester fidèle et ancrée dans un couple qui bat de l’aile ou se laisser tenter par la passion d’un homme sombre et séducteur ? Rajoutons à cela le pseudo tiraillement professionnel (partir de rien pour devenir une véritable girlboss alors que personne ne croit en nous ou s’empêcher d’accéder à ses rêves pour rester avec son petit mari bosseur et très peu présent ?), la grande naïveté et la manipulation. Tout est prévisible, du début à la fin.

Il en va de même pour les caractères soi-disant cachés des personnages. Ils se laissent aisément deviner dès le départ. Les réflexions d’Iris sont terriblement caricaturales, simplistes et dévorées par les clichés. Les personnages tout comme les dialogues sont globalement assez peu crédibles et manquent de profondeur. L’aspect psychologique aurait vraiment pu être travaillé pour nourrir le récit et lui apporter de l’épaisseur.

J’ai pourtant lu de nombreuses critiques élogieuses, notamment sur la plateforme Livraddict. C’est pour cette raison que je t’invite à te faire ton propre avis (à plus forte raison si tu aimes les histoires à l’eau de rose). Me concernant, je lirai certainement d’autres romans pour me faire un avis davantage complet (et positif, j’espère) sur cette auteure contemporaine à succès qu’est Agnès Martin-Lugand.

E X T R A I T S

« Le bonheur est un rêve d’enfant réalisé dans l’âge adulte. »

« Travaille. Existe pour et par toi-même. Ta réussite lui fera comprendre à quel point il a de la chance de t’avoir, et comme par magie, il s’occupera de toi. »

« Deux hommes, deux amours. Je rirais au nez de quiconque me dirait que l’on ne peut aimer deux personnes à la fois. Si, c’est tout à fait possible. Sauf qu’on n’aimait pas de la même façon. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s